02/11/2013

Perspectives léonardiennes

Note "Perspectives léonardiennes" sur le site MOAM BOAM.

21/10/2013

Désespérance morale

Vous pouvez trouver cette note sur le blog Moam Boam: " Désespérance morale "

20/10/2013

Interprétations

L’effritement du socle républicain sous les coups de boutoirs de politiques qui se veulent "réalistes" pourrait in fine produire suffisamment de déchets pour nourrir et densifier les mauvais zéphyrs qui se sont déjà levés dans notre pays.

Le travail de sape porte d’autant plus que ceux qui tiennent la masse sont les émissaires de la mouvance politique qui a permis à la République de voir le jour. La désespérance naît en chacun de voir qu’eux-mêmes estiment nécessaire, légitime, inévitable de porter atteinte aux valeurs dont ils sont les tenants – l’ultime richesse des citoyens français.

Comment croire encore en ce modèle, le faire vivre et le défendre si ses gardiens lui font endosser des politiques qui vont à rebours de tout ce qu’il nous inspire et de ce que nous pensons savoir de lui?

Lire la suite ici sur le blog MoamBoam : http://moamboam.com/

 

13/10/2013

Morale on est mal!

On laisse entendre parfois que les abolitionnistes tremperaient dans le bain ennuyeux d’un moralisme qu’on imagine inquisiteur. Nos choix moraux demeurant quand même une question un peu personnelle, on n’aime pas trop en général que des tiers viennent s’en mêler. L’intrusion est vite dénoncée.

La figure de l’abolitionniste moralisatrice n’est pas sexy. On a vite fait de se placer loin de ce ferment de sinistrose. Quel délice en revanche de se faire le mol ou vigoureux défenseur de la « petite vertu », de l’idéologie des « filles de joie » et des « bordels », des « lupanars » et des « maisons de passes ». C’est un bon moyen de se parer par effet miroir des voiles troubles de la licence érotique.

 

Lire la suite ici, sur mon nouveau blog MoamBoam : http://moamboam.com/2013/10/13/morale-on-est-mal/

07/10/2013

Et qui d’autre ?

Elle fait bien les choses et mérite qu’on la prenne au sérieux. Quand elle dit qu’elle ne veut pas que sa formation soit nommée – qualifiée d’extrême-droite -, il est possible que dans cette exigence qui devient vite une menace, se love quelque chose d’important.

Par exemple : un objectif dans le cadre d’une stratégie de conquête du pouvoir.

Si elle soutient que c’est interdit, la première chose à faire est de le dire : le Front National est d’extrême-droite ! Le chanter sur tous les tons, le marteler, le répéter. Parce que c’est vrai.

Le faire avec malice ou dans un grand éclat de rire est encore mieux : sa tendance politique est de celles qui conduisent au pouvoir un personnel politique que le rire des citoyens chagrine.

Que ça se fasse avec des pins ou sur les réseaux sociaux, il serait bon que la petite phrase moqueuse tourne comme une ritournelle obsédante.

Est-ce au Parti socialiste de le faire, et de prendre en charge une bataille idéologique et culturelle qui est sans doute la plus cruciale de toutes ? Mais qui d’autre ? Et depuis quand est-ce un problème qu’une force politique majeure, dans un pays démocratique, s’investisse dans une lutte contre les poisons qui minent les fondements de son contrat social et politique ?

La suite, ici: http://moamboam.wordpress.com/